Jump to Navigation

Solidarité avec les réfugié.e.s !

Solidarité avec les réfugié.e.s !
Solidarité avec les réfugié.e.s !

Une parade festive... mais néanmoins électorale !

Samedi 14 mars, plus d'un centaine de militants écologistes, socialistes et citoyens se rejoignent autour de leurs candidats des cantons Nord et Sud de Montreuil pour une parade festive dans les rues de Montreuil.

Les quinze saxos de la fanfate Tarace Boulba ouvrent la marche à la grande joie des passants. Parti de la place de la mairie le joyeux cortége empreinte la rue des lumières, puis la rue piétonne pour rejoindre la Croix de Chavaux à l'heure de l'apéro dressé sous la statue.

Emmanuelle Cosse et Stéphane Troussel à Montreuil

Lors de leur visite de soutien à Florence Fréry et Djamel Leghmizi, Emmanuelle Cosse, secrétaire générale d'EELV et Stéphane Trousel, président PS du Conseil général de la Seine-Saint-Denis, se sont rendus dans plusieurs entreprises ou association d'insertion partie prenante de l'économie sociale et solidaire.

La collecterie qui restaure ou transforme les objets vendus à des prix solidaires
  • La collecterie a créé douze emplois

Charb : blasphème anti-nucléaire

L’arbre rouge

La silhouette de l’arbre rouge accroche le regard de loin lorsqu’on déambule Croix de Chavaux, En s’approchant, le camaïeu de verts de l’arrière fond révèle des barres d’immeubles et des formes automobiles. La toile géante domine les passants, installée sur l’immense façade qui  ouvre la rue du capitaine Dreyfus. L’oeuvre est signée Dale *Joseph Rowe, artiste plasticien montreuillois, à l’instar de ses prédécesseurs qui ont participé au dispositif « Pignon sur rue » crée par l’équipe de Dominique Voynet et poursuivi par l'actuelle municipalité.

«  Cet arbre existe, explique l’artiste », je l’ai rencontré ; « à la frontière de Montreuil et Bagnolet, dans le quartier populaire de la Noue ». Attentif aux paysages urbains montreuillois , sensible aux manifestations de la nature dans sa ville, Dale s’attache dans certains de ces tableaux « à mettre en valeur, ces petits bouts de nature, ces plantes sauvages » qui se fraient une place dans  la cité, « et que les habitants ne regardent plus ».

A l’énoncé de cette préoccupation, on n’est pas surpris par l’engagement écologiste du peintre. « Mais cela reste deux choses distinctes, nuance Dale, cette tendance dans ma peinture m’est venue instinctivement, ce n’est pas une construction intellectuelle ». Pour preuve l’autre grand sujet de ces toiles : la reprise de photos de famille dans des couleurs saturées.

« J’ai réalisé le premier tableau de cette série de peinture, il y a 16 ans pour une installation dans l'hôpital psychiatrie à Édimbourg dans le carde d’un projet artistique.» A l’occasion du décès de son père, Dale range des photos et plonge à travers ces images dans l’histoire familiale. « Il s’en dégageait quelque chose de fort sentimentalement. Tout ce rapport à la mémoire au temps qui passe ».  Au début, il travaille en noir et blanc, puis opte pour la couleur, vive. «  C’est une façon de se réapproprier ces moments, explique-t’il, de les faire revivre par la vibration des couleurs, de résister à la  perte de mémoire. » Mais il ne s’enferme pas dans une sorte de nostalgie familiale, un peu confinée, en veillant à travailler aussi à  partir de photo d’autres origines.

Dale, d’origine écossaise, a poursuivi ses études aux Beaux Arts de la ville de Dundee en photographie et en céramique, Ayant toujours pratiqué la photo et la sculpture, il s’oriente plus tard vers la peinture. A l’évocation de ses origines on ne résiste pas à l’envie d’interroger Dale sur le récent référendum d’autodétermination qui a tant passionné son pays. « Au début, mon père étant anglais et a mère écossaise, je penchais plutôt pour le non à l’indépendance à cause du développement économique et de l’emploi. » Et puis, Dale bascule peu à peu vers le oui en partie à cause de l’arrogance des grands partis, travailliste, conservateur et libéral alliés contre l’indépendance et de leur mépris. «  Beaucoup de gens des milieux culturels que je fréquente quand je me rends là-bas, étaient pour le oui. Leur enthousiasme m’a influencé tout comme la position du parti vert écossais pro-indépendance. »

Citoyen européen, Dale est aussi citoyen de son quartier. Il s’implique fréquemment dans les initiatives foisonnantes dont regorge Viliers-Barbusse comme les événements du comité des fêtes ou le four à pain de Salut les co-pains. L’alliance de la pêche et du chardon en quelque sorte.

Texte, Pascal Famery ; photo, Philippe

 

pour en savoir plus: le Blog de Dale Joseph Rowe

Fin de l'installation de L'Arbre rouge sur le pignon de la rue Dreyfus
Fin de l'installation de L'Arbre rouge sur le pignon de la rue Dreyfus
  • Fin de l'installation de L'Arbre rouge sur le pignon de la rue Dreyfus
  • D'abord il a fallu décrocher l'œuvre précédente...
  • ... signée Dominique Berteletti.
  • Puis les agents de la ville se remettent au travail.
  • On hisse la toile de Dale Joseph Rowe.
  • ... pour l'accrocher.
  • Dernières découpes...
  • ... Et L'arbre rouge domine la place de la Croix de chavaux.
  • Une œuvre de la série des photos de famille.
  • La pose ou la pause ?
  • Bien outillé...
  • ...dans son atelier.

Les écolos montreuillois présents lors de l'hommage à Rémi Fraisse

Le 2 novembre 2014, les écologistes montreuillois ont participé au sit-in paficique organisé à Paris en hommage à Rémi Fraisse et à son combat pour la nature. Le jeune homme de 21 ans a été tué lors d'un rassemblement organisé dans le Tarn, en opposition au grand projet de barrage de Sivens. Aucun grand projet ne saurait justifier la mort d'un homme venu pacifiquement manifester pour ses idées. Les mobilisations contre les violences policières et contre le projet de barrage à Sivens continuent !

Hommage à Rémi Fraisse sur le Champ de mars à Paris
Lors de l'hommage à Rémi Fraisse, sur le Champs-de-mars
  • Hommage à Rémi Fraisse sur le Champ de mars à Paris
  • Parmi les écolos montreuillois présents
  • Le renoncule à feuille d’ophioglosse, fleur rare que Rémi, étudiant en botanique, étudiait sur le site de la zone humide de Sivens

Ateliers d'artiste 1 : Claire Loupiac ou la vie qui se déroule

A l'occasion des 15e ateliers des artistes de Montreuil, le Citron vert a poussé la porte de celui de Claire Loupiac. Cette artiste enseigne et vit dans notre ville. Les oeuvres qu’elle crée sont toutes issues de la vie qui se déroule : des mains féminines, des gypseries, des rubans de papier qui se déroulent tels des ruisseaux

Claire Loupiac … ses mobile
Claire Loupiac … ses mobile
  • Claire Loupiac … ses mobile
  • Main émergean du néant
  • Main offrant des fleurs
  • Main plongeante
  • Gracieuse libellule

La marche pour le climat empreinte la Voie est libre

Les écolos de Montreuil ont répondu, dimanche 21 septembre à l'appel international de La Marche pour le Climat lors de la 6e édition de la Voie est libre. Lors de ce festival écolo, piétons, cyclistes, skaters et autres amateurs de rollers prennent possession pour un dimanche de cette bretelle de l'auroute A 86 fermée à la circulation. Photos de Christian et Claire.

Un concept gonflé à l'hélium. 2 gros ballons noirs "Pollution" et "Particules fines"...
Un concept gonflé à l'hélium. 2 gros ballons noirs "Pollution" et "Particules fines"...
  • Un concept gonflé à l'hélium. 2 gros ballons noirs "Pollution" et "Particules fines"...
  • ...cernés par des ballons verts et jaunes. Qui l'emportera ?
  • Pour l'instan, "la Pollution" est en tête. Et le vent n'arrange pas les choses !
  • Un renfort cycliste n'est pas de trop pour rétablir l'équilibre.
  • Les choses s'organisent ...
  • ... et la vision d'ensemble se dessine...
  • ... pour affirmer le message.
  • Courbe en forme de récapitulatif
  • Ne l'oublions pas La Marche était internationale (Vert et rouge, un symbole montreuillois ?)
  • Quoi de plus pratique qu'une autoroure sans voitures ?
  • Mais le déréglement climatique est déjà à l'œuvre !
  • La course de vitesse est enclenchée. Rendez-vous à la conférence Climat de 2015.

Contagion de Bonnets verts à Montreuil

Les premiers sont apparus le jeudi 19 juin, lors d'une formation EELV
Les premiers symptômes sont apparus le jeudi 19 juin, lors d'une formation EELV
  • Les premiers sont apparus le jeudi 19 juin, lors d'une formation EELV
  • Deux jours plus tard, l'alerte suivante se déclenchait au Morillon
  • Au même instant, le marché des Ruffins était lui aussi touché
  • Le virus a ensuite contaminé la Fête de la Ville...
  • .. frappant même Ibrahim Dufriche Soihili, le premier adjoint et Catherine Pilon, l'adjointe au transport
  • Le lendemain, le marché Croix de Chavaux succombait à son tour.

Pages



Main menu 2

Souscrire au Citron Vert - Montreuil RSS
by SEMI-K.