Jump to Navigation

Un écologiste pour représenter Montreuil et Bagnolet à l'Assemblée nationale ?

 

Pierre Serne sera le candidat écologiste, soutenu par Europe écologie les Verts (EELV), à l'élection législative de juin 2017. Quelques mots de présentation.

Des infos également sur :http://pierreserne.aveclecologie.fr 

 

Pierre, peux-tu présenter un peu « l'enfant du pays » que tu es et ton parcours professionnel ?

 

Je suis né en 1972 à Bagnolet, où j'ai vécu 20 ans. D'abord à La Noue, puis dans un quartier pavillonnaire longeant l'autoroute A3, au pied de la chaufferie, à l'époque au charbon (je n'ai pas à chercher loin d’où vient mon asthme chronique…). Ma mère, pédiatre, a soigné des générations d’enfants dans les centres de protection maternelle et infantiles, les PMI, de Bagnolet et de Montreuil.

Plus tard, j'ai fait mes études à Paris. Je suis normalien et agrégé d'histoire, également diplômé en sciences sociales. Après quelques années d'enseignement et de recherche, en 2000, j'ai été appelé par Dominique Voynet puis Yves Cochet à rejoindre leur cabinet au ministère de l'Aménagement du territoire et de l'Environnement. J'y ai vécu une expérience passionnante, formatrice et frustrante à la fois. En tout cas j'en suis sorti avec une vision plus claire mais aussi plus dure des relations entre l'administration et le politique, entre les ministères puissants (comme Bercy...) et les autres, entre l'Etat et les collectivités territoriales... Et un sens du rapport de force du faible au fort qui m'a toujours servi depuis. En 2001, Dominique Voynet m’avait confié, parmi d'autres dossiers sensibles, le classement des Murs à Pêches de Montreuil, et la négociation dure avec le préfet sur le sujet. J'ai ensuite travaillé aux côtés d'élus écologistes parisiens, en particulier sur les questions d'intégration des migrants et de transports.

Aujourd'hui, je suis administrateur territorial (en poste à la ville de Paris où je suis les quartiers en difficulté), tout en ayant gardé un pied dans l'enseignement et la recherche à l'université. De 2009 à 2016, j'ai travaillé pour la mairie de Montreuil, d'abord à la création de la communauté d'agglomération Est Ensemble, puis à la mission citoyenneté, en lançant les enveloppes participatives de quartier préfigurant le budget participatif, et enfin sur les cinq nouveaux quartiers "politique de la ville" de Montreuil (qui regroupent 32 000 habitants) (1), notamment sur le dialogue avec les bailleurs sociaux présents dans ces quartiers.

 

Et quel est ton parcours de militant politique ?

 

J'ai adhéré chez les Verts en 1998. En 2001, j'ai mené la liste écologiste aux municipales à Vincennes, où j'habitais alors, qui a créé la surprise en emportant 16% des voix au 2e tour, pratiquement jeu égal avec la liste PS-PC. J'ai à nouveau mené la liste aux municipales de 2008 (13%) puis 2014 (près de 20%).

En 2010 j'ai été élu au conseil régional d'Ile de France et de début 2012 à fin 2015 j'ai eu la fierté de pouvoir y exercer la fonction de vice-président en charge des transports et des mobilités et de 1er vice-président du Syndicat des transports d'Ile-de-France, le STIF. Cela m'a permis de mener à bien deux grandes réformes écolos qui me semblent devoir marquer durablement notre région : le Navigo à tarif unique et la sortie du diesel pour les 9000 bus et cars circulant dans le réseau de transports publics franciliens.

Concernant notre territoire, j'ai bataillé sans relâche. Sur le prolongement du tram T1 d’abord, faisant inlassablement pression pour éviter l'enlisement du dossier, bloqué par le maire de Noisy-le-Sec, et assurer financements et calendrier alors que beaucoup étaient prêts à renoncer. Sur les renforts d’offre bus, comme pour le 102, le 121, le 122 ou le 129. Sur le prolongement de la ligne 11 du métro, pour laquelle il a fallu lutter pendant des années afin de sécuriser les financements sur lesquels j’ai été jusqu’à interpeller par voie de presse le Premier ministre, permettant le déblocage de budgets manquants. Sur la vigilance quant au prolongement de la ligne 9 jusqu'à l'hôpital intercommunal. Et bien sur, une vraie fierté je peux le dire, sur le prolongement de la ligne 1 via Montreuil : j’ai relancé ce dossier dormant à l’été 2012 en « inventant » au passage la possibilité d'une station à Montreuil, à Bel-Air Grands Pêchers. Cette hypothèse qui n'avait jamais été explorée est aujourd’hui une décision ferme du STIF dont je revendique la paternité.

Sinon, je suis aussi depuis 2014 président du Club des Villes et Territoires Cyclables qui regroupe 1500 collectivités françaises (dont Montreuil) œuvrant en faveur du vélo. 

Comme élu régional, j'ai aussi travaillé sur d'autres sujets de notre territoire. J'ai siégé pendant 6 ans au conseil d'administration du lycée Eugénie Cotton, à Montreuil, ce qui a permis de débloquer certains projets et dossiers qui étaient dans l'ornière depuis des années. J'ai aussi siégé au conseil de surveillance de l'hôpital intercommunal André Grégoire où j'ai pu établir des relations durables avec les personnels et les syndicats.

 

Ce parcours politique, c'est aussi celui d'un militant associatif de longue date ?

 

J’ai toujours eu un engagement associatif à côté de mon engagement politique. C'est important d'avoir un pied dans les institutions et un pied dans le mouvement social et la société civile revendicative.

Sur les questions environnementales évidemment : j’ai longtemps été l’un des animateurs de l’association Agir pour l’environnement et suis encore à ce jour administrateur de la Fondation Danielle Mitterrand France Libertés, très active notamment sur les questions d’accès public à l’eau et de lutte contre les coupures d'eau face aux grandes multinationales du secteur.

Mon autre grand engagement est la lutte contre les discriminations et pour l’égalité des droits que ce soit d'ailleurs pour l'égalité femmes-hommes que sur le sort réservé aux migrants et aux personnes en grande précarité. Mais mon action s'est notamment focalisée sur les droits des personnes LGBT discriminées, en France et dans le reste du monde. J’ai été pendant une quinzaine d’années engagé dans l’animation de l’Inter-LGBT (fédération d’associations LGBT françaises) où je représentais la commission LGBT des Verts. J’ai également été pendant près de 10 ans le trésorier de l’ILGA-Europe, une ONG européenne basée à Bruxelles et regroupant environs 400 organisations LGBT de toute l’Europe, ce qui m’a d’ailleurs permis de développer compétences et réseaux européens.

Car à ces combats je peux ajouter un très fort engagement européen. Je suis d’ailleurs depuis des années représentant des Verts puis d’EELV au Parti Vert Européen.

 

Tous ce parcours et ces engagements ont de quoi bien nourrir ton projet pour représenter la circonscription de Bagnolet et Montreuil et défendre l'écologie politique dans la prochaine assemblée nationale. Mais nous aurons bien sûr l'occasion d'en reparler d'ici l'élection des 11 et 18 juin prochain. Merci, Pierre.

 

 

(1) La Noue Clos Français, Fabien-Ramenas, Branly-Boissière, Jean Moulin-Espoir, Bel Air Grands Pêchers Murs à Pêches / Ruffins Le Morillon

 

 

 

Catégorie: 


Main menu 2

Souscrire au Citron Vert - Montreuil RSS
by SEMI-K.