Jump to Navigation

La saga du Méliès ou une histoire d’amour pour le cinéma

Le nouveau Méliès, 6 salles  sera inauguré par le maire, Patrice Bessac le 19 septembre 2015. Ce sera l’occasion certainement de flatter le directeur, sa programmation, de mettre en avant qu’il s’agit là du plus grand cinéma d’art et d’essai d’Europe et plein d’autres super superlatifs à la gloire du 7eme art.

Au passage, tout aussi certainement, il  ne sera pas – ou pas, ou mal - question de Dominique Voynet  et de son équipe municipale.

Nous en avons l’habitude : pas un mot à l’inauguration de l’école Françoise Héritier, à celle des écoles Zéfirotte et Stéphane Hessel, pas un non plus pour la crèche Nelson Mandela ou le Mundo Montreuil (lieu d’accueil d’associations qui œuvrent en faveur de l'écologie et la solidarité internationale, bientôt rejoints par le foyer des travailleurs migrants du Centenaire).

Le maire inaugure, félicite ses nouveaux adjoints, surtout de sa composante politique, et se tait sur ce qu’il  faut bien le dire est le  bilan de sa prédécesseure.

A contrario, ce sera peut-être la possibilité d’une nouvelle diatribe à l’encontre de l’ancienne édile pour mieux la dénoncer, et lui trouver en matière de cinéma tous les défauts de la terre, lui reprochant surtout ce qui serait son désamour pour le cinéma.

Petit rappel historique sur la mise en œuvre de ce projet.

1/ Trouver des financements pour finir le quartier de la mairie

Elue en 2008, la nouvelle équipe municipale, avec Dominique Voynet comme maire,  n’était pas, c'est vrai, très emballée à l’idée de ce projet de transfert du Méliès. Pas du tout pour des questions de cinéphobie, mais bien plus pour des raisons pragmatiques. Précédemment dans l'opposition, le groupe écologiste avait manifesté sa réticence à ce projet,  jugé trop cher pour les finances de la ville, d'autant plus dispendieux et à rediscuter qu'aucun projet n’était trouvé pour le remplacement du Méliès à la Croix de Chavaux,

Comme souvent  avec les projets de la municipalité de Jean-Pierre Brard, les choses avaient été prises à l’envers : des effets d'annonce sur l’agrandissement et le transfert du cinéma sans se soucier un instant du financement et de la faisabilité du projet.

A l’époque, je rappelle que la problématique principale était un énorme trou, laissé là en plein centre ville, face à la mairie, depuis plus de dix ans. Là aussi, annonces sans financements, mais les habitants s'impatientaient de ce trou béant au cœur de la cité.

A cela s’ajoutait la nécessité de finir de payer la rénovation du nouveau théâtre, avec tous les surplus engendrés parce que le dossier n’avait pas été présenté préalablement aux commissions de sécurité.

Bref, l’objectif était, avec des caisses vides et un endettement à faire pâlir la Grèce, de trouver des financements pour le quartier de la mairie.

Ce fut donc le premier objectif et on peut le dire une réussite.

2/  Le nouveau Mélies : un choix résolu de Dominique Voynet

Une fois résolu le casse-tête des financements du quartier de la mairie, avec la certitude de pouvoir enfin réaliser et finir d’aménager le quartier, la décision a été prise par la nouvelle municipalité d'y mener à bien la construction du nouveau Méliès. Le projet était de toute manière trop engagé et il était difficile de revenir en arrière : permis de construire signé, des commandes passées, etc.  Mais on y va et l’équipe s’en réjouit.

3/  Mauvaise surprise pour la construction.

C’est alors que les études techniques reprennent et que se fait jour une bien mauvaise nouvelle issue de l’imprévision de Jean Pierre Brard (une de plus !). Le projet du quartier de la mairie est celui d’un centre commercial : la coque du cinéma ne pourra pas supporter les planchers de plusieurs salles qui se superposent, avec les cabines, les accès, les fauteuils et la charge bien-sûr des spectateurs.  Que faire ? 

Deux ans de retard sont alors pris pour trouver les solutions et faire les meilleurs choix, et ce bien sûr après de multiples réunions techniques, architecturales, juridiques, financières etc. Du temps, de l’énergie...Pendant ce temps-là, le directeur du cinéma piaille, piaffe, signale son mécontentement à l’égard de la Maire mais ne participe pas beaucoup à faire avancer techniquement le dossier.  Il faut dire qu’il est un artiste, pas le temps pour la technique.

Aujourd’hui, la sécurité est maximale et les fauteuils choisis sont confortables et robustes. La charge de la nouvelle coque peut le supporter. On ne lésine pas avec le confort et la sécurité du public.

4/ Dominique Voynet désigne l’architecte Ropa pour les aménagements intérieurs.

C’est un autre architecte choisi que celui prévu initialement.

Tout est pensé pour un accueil optimum et de confort, avec notamment l'emploi de matériaux « écologiques ». L’agglomération Est Ensemble prend à sa charge une partie des financements, ce qui permet de diminuer le coût pour les Montreuillois.

5/ Un projet culturel pour le cinéma voté en conseil municipal,

Le projet s'inscrit dans l'histoire et la mémoire du Méliès. Il ouvre un nouvel avenir, mettant l'accent sur la volonté de diversification des publics, l'ouverture du cinéma à des publics qui n'y vont pas d'habitude.

Le choix d’équipement de projection numérique, plus coûteux mais de meilleure qualité - et d’avenir surtout - est aussi adopté en conseil municipal. Tout le monde s'en réjouit, en est fier.

Sans amour du cinéma et des Montreuillois, Dominique Voynet et son équipe auraient-ils pu faire tout cela ?

Le cinéma va donc être inauguré. Enfin, après tout cet ravail : c'est une magnifique nouvelle ! Nous espérons maintenant que la programmation de ce plus grand cinéma d’art et d’essai d’Europe sera à la hauteur de toutes ces espérances. 6 salles, cela permet bien des possibilités.

Bons films à toutes et tous !



Florence Fréry, ancienne adjointe à la Maire de Montreuil

15 septembre 2015

PS :  L’ancien cinéma Mélies, à Croix de Chavaux n’a toujours pas de projet. La municipalité précédente a essayé de trouver de nouveaux occupants, avec des projets autour de la musique (salles de concert,) et  du spectacle. Mais les investissements sont très importants, notamment pour remettre les locaux aux normes de sécurité après le départ du Méliès. Quand on parle des imprévisions et des inconséquences au départ des projets de la part des municipalités conduites par Jean-Pierre Brard, on pourrait en faire des films…

 

Catégorie: 


Main menu 2

Souscrire au Citron Vert - Montreuil RSS
by SEMI-K.