Jump to Navigation

Grèce : Chroniques du mont Olympe - 2 Descendre de la montagne.

[Marie passe l'été dans sa famille en Gréce] C’est l’heure d’aller à la ville. Des courses à faire, des amis à voir. Une ville à observer. Premier constat: les Grecs roulent moins vite que les années précédentes. Supposition en route: ils ont peut-être mis des radars pour récolter de l’argent. Et c’est bien: les routes grecques sont extrêmement dangereuses.

Quelques jours plus tard, on demandera au beau-frère: non, les gens roulent moins vite pour faire des économies d’essence. On l’avait pourtant bien dit: l’écologie, c’est bon pour faire des économies.

Des amis viennent nous visiter dans l’appartement en ville. L’un deux, très remonté, parle en mélangeant le grec et l’anglais. J’arrive un peu à comprendre mais je demanderai plus tard des précisions. Il m’explique: au Nord de l’Europe, il y a rien à manger, et depuis toujours le nord est obligé de faire du commerce avec le sud de l’Europe où il y a de tout. L’Allemagne a donc cherché un système pour pouvoir se servir en Grèce. Bon, c’est un peu caricatural, et c’est oublier que les grandes plaines d’Europe du Nord accueillent des terres très fertiles et un climat plus propice à l’agriculture. Mais derrière tout ça je perçois surtout qu’il a besoin d’être fier de son pays, et c’est que important pour lui. Je devine en lui l’aile gauche et dure de Syriza: Tsipras les a trahis en acceptant l’accord, les Etats-Unis empêchent le rapprochement entre la Turquie et la Grèce car alliées, elles pourraient devenir très puissantes et très riches en fournissant le gaz russe à l’Europe.

Plus tard, la cousine de 13 ans qui vit en France me demandera: « Mais vous parlez tout le temps de politique avec vos copains ? » Et pourtant ce n’était pas comme ça avant: cette année, c’est la première fois qu’on en parle autant.

En soirée, sortie avec des amis. Nous traversons le centre-ville vers 20h pour nous diriger dans les hauteurs de la ville et manger dans une taverne typique. Les rues sont animées, les gens se dirigent comme nous vers des restaurants, soit des petits cafés pour manger des souvlakis ou du kebab, soit des tavernes comme nous où la viande est accompagnée de mezze plus élaborés. Les terrasses sont occupées, la chaleur n’est pas encore tombée, et je me dis que la crise n’est pas encore arrivée ici.

Notre ami nous explique que ses parents ne vont plus jamais faire les courses, qu’ils ont commencé un potager pour se nourrir et que pour la viande, ils reçoivent du sanglier une fois par mois. Bon, finalement, la crise est là. Thanassis a créé une entreprise de nettoyage: il nettoie des magasins de la ville. Il gagne 135 euros par mois. Il était sur le point de signer un contrat avec le club de foot de la ville, ce qui lui aurait rapporté 1000 euros supplémentaires mais avec les fermetures des banques, le club a suspendu les négociations (lui aussi). Un autre ami, médecin, voulait s’acheter une voiture (il utilise encore celle de ses parents) mais c’est pareil, pour l’instant il ne peut rien faire…Le referendum et la période qui suit a comme mis le pays en stand by.

Larissa est restée une ville commerçante. Les magasins sont ouverts et les terrasses de café pleines. Bien sûr certaines boutiques ont fermé, mais ça ne ressemble pas du tout à Thessalonique ou Athènes. C’est le coeur d’une grande région agricole: des plaines d’agriculture intensive. Viande, fêta, fruits et légumes, céréales.

Et pourtant les copains me disent en anglais et en grec qu’il y a moins de gens qu’avant dans les rues.

Nous croisons une manifestation: environ une centaine de personnes. Je demande qui c’est: les communistes qui refusent l’accord qui doit être voté au parlement. Thanassis enchaîne: « les communistes depuis la chute du mur, ils ne savent plus où ils habitent. Oui à l’Europe, mais non à l’Europe. Non à l’Euro, mais non à la Drachme. Et pour le referendum, ils se sont abstenus ". Les relations entre Syriza et les communistes ne doivent pas être aussi radieuses qu’on veut nous le faire croire en France…

Marie Drollon

Catégorie: 


Main menu 2

Souscrire au Citron Vert - Montreuil RSS
by SEMI-K.