Jump to Navigation

Conseil municipal à Montreuil: ahurissement d'abord, déception ensuite.

 

Comment l'opposition abîme la démocratie par des procédés populistes et l'instrumentalisation des habitants.

 

 

 

Quand Dominique Voynet a annoncé qu'elle ne voulait pas se représenter en tête de liste pour les municipales de 2014, je me suis dit que j'aurais fait comme elle. Comprenez-moi: j'avais assisté au dernier conseil municipal à Montreuil ls 21 novembre 2013. L'ordre du jour: les rythmes scolaires. L'ambiance: mauvaise foi et récupération politique. Le bien-être des enfants: méprisé par l'opposition vociférante. Mon sentiment général: ahurissement d'abord, déception ensuite.

 

Quand je suis arrivée vers 19 heures devant la mairie, la foule était dense. Etait-elle représentative des parents d'une ville de 105 000 habitants ? Je ne crois pas mais ils criaient fort. J'ai fait la queue pour entrer, mais j'ai trouvé une place assise dans la salle du conseil. Ceux qui restaient debout le faisaient pour donner l'impression que la salle était pleine mais il y avait des places assises.

  

Une enseignante a été appelée pour donner ses raisons de leur refus de la réforme des rythmes scolaires. En tant que professeur, j'ai été effarée d'entendre que cette institutrice refusait qu'on utilise sa classe en dehors de ses heures de cours! C’est sûr, ça fait une raison de s'opposer aux rythmes scolaires. L’immobilisme élevé en vertu ! Mais chère madame, ce n'est pas votre classe. Et je pense sincèrement que c'est bon pour notre métier de ne pas se sentir chez soi en classe. Nous sommes là pour le mieux- être des élèves, pas pour notre propre confort.

 

Puis une représentante de la FCPE a été appelée à s'exprimer. En gros, cette dernière expliquait que cette réforme, c'était bien mais pas pour Montreuil. Notre ville est donc une sorte d'île isolée du reste du pays. Enfin bref, j'étais pas convaincue.

 

Et pourtant, l’opposition s'est levée en une standing ovation. A ce moment-là j'ai entendu un homme dire: « ça donne envie d'être parent d'élève », preuve s'il en est que ce mouvement de protestation était une récupération politique. Cet homme ne venait pas protester contre la réforme des rythmes scolaires mais pour perturber le conseil municipal et donner une image pitoyable de la politique locale: bravo!

 

Non, je ne suis pas une oie blanche. Je sais que la pratique de la politique se réduit chez certains à ça: instrumentalisation, manipulation et réactions outrancières et théâtrales. Mais là, nous parlons de nos enfants. Le dernier rapport PISA est assez alarmant sur le fait que l'école française renforce les inégalités sociales pour que l'on prenne à pleines mains la réforme du primaire afin de lutter contre cette injustice. Cette mesure pose des questions de faisabilité pour des raisons pratiques et budgétaire mais l'enjeu aurait valu qu'on s'élève au-dessus de ces postures politiciennes un peu ridicules.

 

De cette soirée je retiendrais les rires de l’opposition quand Catherine Pilon a réaffirmé les grandes compétences des agents de la ville. Quelle méconnaissance de ces professions ! Et quel manque de respect pour les travailleurs.

 

La violence des propos, la durée hallucinante des débats qui épuisent et l'outrance des propos et des attitudes dans le but évident de freiner les projets constructifs... tout cela est épuisant.

 

Et à plus d'un titre puisque la décision a été votée par le conseil municipal qui s'est terminé vers 2h00 du matin. Tout ça... pour ça!

 

 



Main menu 2

Souscrire au Citron Vert - Montreuil RSS
by SEMI-K.